L’émergence d’une industrie du thé à Taiwan aux XVIIIème et XIXème siècles Les premières plantations, l’arrivée des capitaux étrangers, la concurrence avec le thé chinois

 05/15/2015

 14h30
 Salle de conférence 2B Research Center on Humanities and Social Sciences (bâtiment 31 sur la carte) Academia Sinica
Philippe CHEVALERIAS

La naissance de l’industrie du thé à Taiwan s’inscrit dans le contexte plus large de l’expansion de la culture du thé en Chine au cours du XVIIIème siècle. La demande croissante de thé chinois sur le marché mondial à partir du milieu du XIXème siècle entraîne un boom économique, non seulement dans l’arrière-pays de Fuzhou qui deviendra un centre d’exportation majeur pour le thé, mais aussi dans l’intérieur des terres le long du fleuve « Min » dans le Fujian et le Jiangxi. Disposant de conditions naturelles propices à la culture du théier, Taiwan devient alors rapidement, sous l’impulsion des Occidentaux, un lieu de production majeur pour le thé. Produites principalement dans les environs de Taipei, les feuilles sont d’abord acheminées jusqu’au port de Tamsui d’où elles sont ensuite exportées dans le monde entier, parfois directement, mais le plus souvent indirectement via Fuzhou, Xiamen ou Hongkong.

 

Philippe Chevalerias présentera d’abord les origines de la culture du thé à Formose, de l’exploitation du thé de Shuishalian aux premières plantations de théiers à vocation commerciale (début XVIIIème – milieu XIXème). Il montrera ensuite comment l’industrie du thé s’est progressivement développée sur l’île sous l’impulsion du consul britannique Robert Swinhoe, mais aussi surtout grâce à l’apport de capitaux par des hommes d’affaires tels que John Dodd, qui financent de nouvelles plantations et établissent des ateliers d’affinage. Enfin, au travers d’une présentation des marchés et des routes commerciales, il soulignera les interactions avec le continent : les relations ambiguës entre négociants étrangers et chinois, la concurrence entre le thé « taiwanais » (Oolong, Paochung) et le thé « chinois » sur les marchés internationaux, les conséquences sur les centres d’exportation de Fuzhou et Xiamen. En conclusion, il évaluera les implications de l’émergence d’une industrie du thé à Taiwan aux XVIIIème et XIXème siècles sur l’économie taiwanaise dans son ensemble.

Biographie

 

Docteur en études chinoises (Institut national des langues et civilisations orientales, Paris), Philippe CHEVALÉRIAS est maître de conférences à l’Université Charles de Gaulle Lille 3. Ses recherches portent sur l’histoire économique de Taïwan, ainsi que sur les relations économiques sino-taiwanaises avec leurs conséquences socio-politiques. Ses publications les plus récentes incluent : « Taïwan, la Chine et l’ECFA : une intégration régionale à forte connotation politique », in Monde Chinois Nouvelle Asie, n°37, printemps 2014, pp 88-98 ; « When Taiwan’s Fate Changed Dramatically in the 1940s: The Price of War, the Nationalists’ Game, and the Vagaries of International Politics », in Sociétés politiques comparées, n˚36, novembre 2014, pp. 25-47 (cf. http://www.fasopo.org) ; « La Chine, un eldorado pour les firmes taïwanaises ? », in Paul ANDRÉ (dir.), La Chine aujourd’hui – Dynamiques domestiques et internationales, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2014, pp. 103-123.

 

Le séminaire sera introduit par Stéphane Corcuff, chercheur au CEFC et directeur de son antenne à Taipei. Vous pourrez écouter en ligne sur notre site son enregistrement sous réserve de l’accord des participants.

Contact : HUANG Shih-hsien, cefc@gate.sinica.edu.tw  Tel : 02 2789-0873

http://www.cefc.com.hk/fr/le-centre/taipei/

Room B110, RCHSS (bâtiment 31 sur la carte), Academia Sinica

 

 

Carte de l'Academie Sinica

 

Archives

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

Back to top