Keith Forster : Zhejiang Province in Reform

Depuis le début des années 1990,
une véritable analyse régionale de l’espace chinois
a progressivement vu le jour dans les centres de recherche occidentaux.
Certaines provinces, comme le Guangdong et le Fujian, ou municipalités,
telles que Shanghai, Pékin et Tianjin, ont ainsi fait l’objet
d’ouvrages collectifs publiés par l’Université
d’Oxford. L’étude de Keith Forster consacrée
à la province du Zhejiang s’insère dans ce courant
et montre une nouvelle fois le dynamisme de la recherche australienne
sur ce thème, ce dont témoignait déjà
la revue Provincial China (Sydney). Réalisée
à la demande du Centre de recherche sur les provinces chinoises
associant l’Université de Nouvelles Galles du Sud et
l’Université technologique de Sydney, elle inaugure
une nouvelle série de monographies régionales à
paraître prochainement sur le Liaoning, le Shaanxi, le Jiangsu
et le Shanxi. Keith Forster, sans doute l’un des meilleurs
spécialistes du Zhejiang, nous livre ici une étude
dense axée sur les mutations de l’économie de
cette province côtière. Les données sont extraites
pour l’essentiel du dépouillement systématique
de la presse locale et des annuaires statistiques régionaux.

Il analyse avec force détails les performances
du modèle de développement régional, fondé
essentiellement sur le succès des petites entreprises de
l’industries légère dispersées dans des
espaces ruraux fortement marqués par leur particularisme.
Néanmoins, il en souligne également les limites et
n’hésite pas à souligner qu’un « changement
du mode de croissance est nécessaire » (p. 140) : cycles
de croissance trop marqués, spécialisation excessive
dans des industries à faible contenu technologique employant
une main d’œuvre sous-qualifiée, faiblesse de l’ouverture
sur l’extérieur, crise de l’agriculture et persistance
de goulets d’étranglement dans les transports et l’énergie.

Il montre également l’évolution
récente des disparités économiques à
l’échelle intra-régionale. Le développement
de la vocation maritime du Zhejiang apparaît évidente
: en 1995, par exemple, l’industrie de Ningbo où une
vaste zone industrialo-portuaire est en voie de formation a dépassé
celle de Hangzhou. Plus généralement, les villes-ports
(Ningbo, Wenzhou) jouent désormais un rôle croissant
dans la structuration de l’espace régional. La zone
de Hangzhou connaît cependant un très fort processus
d’urbanisation, tandis que les périphéries nord-ouest
de la ville sont en voie de « technopolisation ». Les
disparités socio-économiques entre le nord-est et
le sud-ouest de la province demeurent marquées, mais tendent
toutefois à s’atténuer grâce au dynamisme
de Wen zhou ; le processus de désenclavement ferroviaire
de cette partie méridionale du Zhejiang devrait amplifier
ce rééquilibrage.

On regrettera cependant que ce livre ne comporte
que très peu de représentations cartographiques (à
l’exception d’une carte de localisation très sommaire).
De plus, malgré un contenu en grande partie mis à
jour, cette étude n’évite pas certaines redondances
avec l’article publié par l’auteur en 1997 (1).
Le plan adopté aurait peut-être mérité
quelques ajustements : l’introduction est trop longue (plus
d’un quart de l’ouvrage) et l’auteur n’évite
pas certaines répétitions entre les chapitres 5 et
6. Enfin, les données de certains tableaux (pp. 112-116)
s’arrêtent en 1988.

L’étude de K Forster constitue
néanmoins une synthèse riche et documentée
sur le Zhejiang. Par certains aspects, le Zhejiang tend de plus
en plus à devenir une « colonie de Shanghai »,
mais cet espace péri-métropolitain conserve aussi
un fort particularisme puisqu’il est le dépositaire
d’une partie des valeurs de l’ancienne Chine depuis les
Song, terre réfractaire au communisme et berceau d’un
modèle de développement largement décentralisé
et non-étatique. En tant que marge méridionale du
delta du Yangzi, cette province montre de manière particulièrement
nette la vigueur des processus d’intégration dans des
ensembles macro-régionaux plus vastes et signale dans le
même temps le poids persistant des identités territoriales
en Chine.

Retour en haut de la page