Perspectives chinoises 88

Perspectives chinoises 88

Chine - Économie

Les politiques de conservation de la forêt Directives nationales et mise en œuvre locale dans le nord du Sichuan Page 2

Shen GuozhenMartin FournierSylvie Démurger

Comparant trois cantons ruraux du nord du Sichuan, cet article analyse les enjeux et les contraintes liés aux programmes nationaux de conservation des forêts et de la biodiversité. Il souligne l’importance du contexte économique et institutionnel local dans l’application des directives nationales et la diversité des réponses possibles au niveau local. L’examen des programmes de protection des forêts naturelles et de conversion des terres cultivées met en évidence la difficulté de mettre en œuvre une politique de protection des ressources forestières durable et le rôle stratégique du gouvernement en matière d’application de ces politiques.

Lire cet article

Faiblesses et perspectives du secteur énergétique chinois Page 15

Lam Pun-lee

Depuis 1978, le développement économique rapide de la Chine s’est traduit par une demande croissante d’énergie. Le gouvernement a mis en œuvre plusieurs types de mesures pour attirer les investissements étrangers dans le secteur, touchant au régime des changes, à la fixation des prix, au cadre juridique, à la gestion des entreprises. Ces dernières années, plusieurs programmes visant à restructurer le secteur ont été lancés ; ils auront un impact significatif dans les décennies à venir. Cet article examine les faiblesses caractéristiques du développement énergétique chinois et évalue ses perspectives.

Cet article est disponible sur le portail Persée

Chine - Politique

Les multiples facettes du nationalisme chinois Page 28

Jean-Pierre Cabestan

Si le nationalisme chinois, pour des raisons qui tiennent à l’histoire, est à bien des égards spécifique, il traduit depuis le début de l’époque contemporaine, c’est-à-dire la Guerre de l’Opium (1840), le profond sentiment d’insécurité des élites chinoises. Toutefois, par-delà ce sentiment d’insécurité, plusieurs formes de nationalisme cohabitent : un nationalisme officiel, inspiré par l’idéologie communiste et le souci du Parti communiste de maintenir son monopole sur la chose politique, proche du nationalisme modernisateur mais autoritaire de nombreux révolutionnaires chinois du début du XXe siècle ; un « nationalisme primitif » et revanchard, aux tendances racistes, disséminé au sein de la société par les segments les plus anti-étrangers des élites chinoises ; et un « nationalisme pragmatique » qui tire sa légitimité de la réalité économique et sociale chinoise actuelle sans pour autant rejeter a priori l’influence étrangère. Ce nationalisme peut-il, à terme, accoucher d’un nationalisme démocratique, à la fois mesuré, ouvert et soucieux de défendre non seulement les intérêts de la nation chinoise mais aussi ceux des hommes et de femmes qui y appartiennent ? Les manifestations anti-américaines de 1999 et les violences anti-japonaises du printemps 2005 mettent en lumière la difficulté de cette évolution et la persistante tentation du pouvoir chinois d’instrumentaliser la seule idéologie qui lui permette de prolonger son espérance de vie.

Cet article est disponible sur le portail Persée

Chine - Religion

Les organisations bouddhistes socialement engagées à Taiwan Page 45

Michael Hsiao Hsin-huangDavid Schak

Le bouddhisme socialement engagé est un phénomène religieux nouveau à Taiwan. Il se traduit par l’émergence d’organisations qui se consacrent au bien-être social des personnes démunies ou des malades. L’essor de ces organisations a été parallèle à la démocratisation. Le nombre d’adeptes du bouddhisme a augmenté rapidement dans les années 1990, à tel point que 13 % de la population adulte taiwanaise s’identifie désormais à cette religion. Cet article étudie le rôle joué dans la société par les adeptes de ces groupes et s’interroge sur leur contribution au développement de la société civile.

Cet article est disponible sur le portail Persée

La constitution d’un clergé laïc par la Société Chan Moderne. Logiques dans le champ moderne du bouddhisme chinois Page 60

Ji Zhe

Créée en 1989 à Taiwan, la Société Chan Moderne est une communauté de bouddhistes laïcs qui remet en question les privilèges religieux des moines et soutient l’idée d’une égalité entre moines et croyants laïcs. Elle s’est donnée une autorité indépendante des monastères pour la gestion des biens de salut et a constitué ainsi son propre clergé. A travers l’histoire de la Société Chan Moderne, cet article analyse certaines logiques à l’œuvre dans le champ du bouddhisme chinois : le rôle du prophète dans le jeu du pouvoir symbolique, les conditions de l’émergence d’un prophète, la légitimation d’une réforme religieuse dans la modernité, et le paradoxe de l’institutionnalisation.

Cet article est disponible sur le portail Persée

Lecture critique

Thomas Sharping, Birth Control in China, 1949-2000. Population policy and demographic development Page 70

Élisabeth Allès

Cong Cao, China’s Scientific Elite Page 72

Aurore Merle

Hiroshi Sato, The Growth of Market Relations in Post-Reform Rural China. A micro-analysis of peasants, migrants and peasants entrepreneurs Page 73

Gilles Guiheux

Elspeth Thomson, The Chinese Coal Industry: An Economic History Page 74

Erik Baark

Ann Heylen, Chronique du Toumet-Ortos. Looking through the lens of Joseph Van Oost, missionary in Inner Mongolia (1915-1921) Page 76

Yves CamusÉvelyne Micollier

Archives

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

1999

1998

1997

1996

1995

1994

1993

1992

Retour en haut de la page