Perspectives chinoises 2007/4

Dossier

La Chine et son passé

Retour, réinvention, oubli

Acheter ce numéro
Perspectives chinoises 2007/4

Chine - Histoire

Editorial Page 1

Sebastian Veg

Jiaohua: Le renouveau confucéen en Chine comme projet éducatif Page 4

Joël ThoravalSébastien Billioud

Cet article étudie la redécouverte du « confucianisme » en Chine continentale dans le domaine de l’éducation, comprise au sens large, entre formation de l’autre et culture de soi. Revenant sur le contexte général dans lequel s’insère ce phénomène, il examine comment il prend forme et s’institutionnalise. Sur cette base, il en présente l’un des traits dominants : son paradoxal anti-intellectualisme.

Télécharger ce PDF

Mémoire des temples, mémoires de pierre. Page 22

Ju XiMarianne Bujard

Des milliers de temples qui existaient à Pékin avant les années 1950, moins d’une douzaine sont en activité aujourd’hui, les autres sont désaffectés ou détruits. Les inscriptions commémoratives que les fidèles ont fait graver sur des stèles au cours des siècles, et qui subsistent sous forme d’estampages, éclairent néanmoins de larges pans de l’histoire des lieux de culte et de la vie religieuse de la capitale.

Télécharger ce PDF

Ombres, illusions et réalités dans l’histoire de la Mandchourie moderne. Lecture critique. Page 32

Christopher Howe

Les « droitiers actifs » de 1957 et la postérité d’une réflexion. Page 41

Chen Ziming

S’appuyant sur de récentes publications et de nombreux témoignages, Chen Ziming apporte, dans cet article, un éclairage nouveau sur le mouvement anti-droitier de 1957. Dans une première partie, il différencie les « droitiers actifs» (zhudongyoupai) des « droitiers passifs » (beidong) et distingue, parmi les premiers, trois types d’acteurs les « intellectuels de droite », les « révisionnistes » ainsi que les « défenseurs des droits ». Présentant respectivement ces trois catégories de droitiers, il met en avant leurs spécificités ainsi que leurs divergences. Alors que les « intellectuels de droite » regroupent des personnalités démocrates influentes avant 1949, au premier rang desquelles Zhang Bojun et Luo Longji, et ont pour revendications principales « la modification de la constitution et du mode de gouvernement », les «révisionnistes » rassemblent des intellectuels membres du parti (Li Shenzhi et Liu Binyan) ainsi que des étudiants élevés « sous le drapeau rouge » (Lin Xiling et Tan Tianrong). Influencés par les évolutions récentes au sein du camp communiste, ils dénoncent le culte de la personnalité et les dérives du système et exigent un changement de ligne politique et idéologique en faveur d’une «grande démocratie ». Les « défenseurs des droits » s’appuient, quant à eux, sur la constitution de la République populaire de Chine, pour dénoncer le non respect des droits politiques (particulièrement pendant les mouvements politiques), des libertés individuelles, des droits économiques et sociaux, ainsi que l’absence de liberté dans les sphères scientifiques, culturelles et artistiques (symbolisée notamment par la suppression de disciplines universitaires comme le droit, les sciences politiques et la sociologie). Dans une dernière partie, Chen Ziming montre enfin l’héritage de ce mouvement mais aussi son dépassement au sein des diverses forces qui oeuvrent actuellement en faveur d’une démocratisation en Chine. Nous avons choisi, pour ce numéro de Perspectives chinoises, de donner la traduction intégrale de la partie où Chen Ziming aborde la première catégorie de droitiers, celle des « intellectuels de droite », ainsi que de larges extraits de la dernière partie de son texte. Le lecteur intéressé trouvera le texte intégral de l’article en chinois ici

Télécharger ce PDF

L’histoire de la Révolution culturelle et la mémoire de la « génération perdue » sont-elles condamnées à l’oubli? Page 54

Michel Bonnin

Depuis que le Parti communiste chinois a donné une brève version officielle de la Révolution culturelle en 1981, peu d’ouvrages d’histoire sur cette période ont été autorisés à paraître, même s’ils s’en tenaient à une stricte orthodoxie. Pourtant, des travaux de recherche et des témoignages rédigés par des Chinois hors du cadre officiel ont pu voir le jour, surtout à Hong Kong et à Taiwan, mais aussi sur le continent. Contre l’occultation officielle de la mémoire de cette époque et contre les mémoires nostalgiques et infidèles d’une partie de leurs contemporains, d’anciens gardes rouges et jeunes instruits s’efforcent, malgré les obstacles, de construire une mémoire « populaire », authentique et critique. Cet archipel de mémoire sans cesse menacé mérite notre intérêt, non seulement parce qu’il est important pour le devenir de la Chine, mais aussi parce que la Révolution culturelle est un événement de l’histoire mondiale.

Télécharger ce PDF

Trouver une place pour les victimes. La difficile écriture de l’histoire de la Révolution culturelle. Page 67

Wang Youqin

Cet article soutient que la reconnaissance des victimes individuelles est un problème fondamental pour l’écriture de l’histoire de la Révolution culturelle et se trouve au coeur de la division majeure entre histoire officielle et histoire parallèle. L’auteur s’intéresse aux victimes dans l’histoire de la Révolution culturelle du point de vue des faits, des interprétations et de la méthodologie.

Télécharger ce PDF

Fiction utopique et examen critique: la Révolution culturelle dans « L’Age d’or » de Wang Xiabo Page 78

Sebastian Veg

La nouvelle qui ouvre la « trilogie des âges » de Wang Xiaobo est aujourd’hui devenue une véritable oeuvre culte, notamment parmi les étudiants chinois. Le succès d’un texte qui lie l’envoi à la campagne des « jeunes instruits » à un « âge d’or » de libération sexuelle dans la nature, est certainement en partie imputable à sa dimension scandaleuse ; il recèle toutefois aussi un discours d’une ironie redoutable envers l’utopie agraire maoïste, associée à une régression dans l’animalité. De ce point de vue, Wang Xiaobo se place plutôt du côté d’une réflexion critique, incitant les intellectuels à abandonner les utopies politiques et à s’engager dans la société. Son approche volontiers polémique, rejetant la sacralisation des souffrances passées, a ainsi ouvert un espace indispensable de discussion sur la Révolution culturelle, possible seulement dans le domaine littéraire.

Télécharger ce PDF

Mémoire interdite, histoire non écrite. La difficulté de structurer un mouvement d’opposition en RPC. Page 92

Jean Philippe Béja

Cet article s’intéresse au contrôle de l’histoire en Chine, et à la manière dont la mémoire de certains épisodes occultés (Mouvement anti-droitier, Révolution culturelle) se transmet à l’extérieur des voies officielles. Bien que la fin du maoïsme ait marqué un certain renouveau à cet égard, les « trous noirs » subsistants, notamment concernant le massacre de Tiananmen, continuent à empêcher l’émergence d’une mémoire structurée des mouvements démocratiques en Chine.

Télécharger ce PDF

Le souvenir tenace des injustices historiques en Chine: une analyse des demandes de « réévaluation ». Page 104

Eva Pils

Cet article décrit deux formes de réparations institutionnelles pour les injustices historiques en Chine contemporaine, cherchant à montrer que l’une est autoritaire, l’autre libérale, et qu’aucune n’est totalement satisfaisante. Certaines victimes de persécutions politiques ne reconnaissent plus à l’État le droit de désigner des citoyens comme ennemis, et ébranlent ainsi l’idée autoritaire de réévaluation corrective officielle de ces mesures. D’autre part, les voies libérales de réparation par le biais de décisions judiciaires sont pour l’instant restées inaccessibles à la plupart des victimes d’injustices historiques ; mais même si elles s’ouvraient, ces voies ne pourraient devenir significatives que si elles étaient accompagnées d’une libération de la mémoire et de l’opinion.

Télécharger ce PDF

Les nouvelles de Chine

Les think tanks chinois, conseillers du roi Page 114

Michal Meidan

Relations franco-chinoises: la rupture… avec l’Allemagne? Page 115

Mathieu Duchâtel

Comptes-rendus de lecture

Térence Billeter, L’Empereur Jaune Page 118

Sébastien Billioud

Chris Berry et Mary Farquhar, China on Screen: Cinema and Nation Page 121

Kristof Van Den Troost

Shu-mei Shih, Visuality and Identity. Sinophone Articulations across the Pacific. Page 122

Emmanuel Lincot

Kevin O’Brien et Li Lianjiang, Rightful Resistance in Rural China Page 124

Chloé Froissart

Ning wang, Making a Market Economy; Yan Sun, Corruption and Market in Contemporary China. Page 127

Gilles Guiheux

Czeslaw Tubilewicz, Taiwan and Post-communist Europe. Shopping for Allies. Page 130

Bruce J. Jacobs

Estelle Lau, Paper Families. Identity, Immigration Administration and Chinese Exclusion. Page 132

Adam Mckeown

Karl Taro Greenfeld, China Syndrome. The True Story of the 21st Century’s First Great Epidemic; Thomas Abraham, Twenty-First Century Plague. The Story of SARS. Page 133

Frédéric Keck

Archives

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

1999

1998

1997

1996

1995

1994

1993

1992

Retour en haut de la page