Perspectives chinoises 2011/1

Dossier

Le renouveau des études chinoises

Acheter ce numéro
Perspectives chinoises 2011/1

Dossier

Éditorial Page 2

Arif Dirlik

Le guoxue et les études nationales à l’âge de la modernité mondiale Page 4

Arif Dirlik

Le guoxue est un concept et une quête intellectuelle qui a vu le jour en Chine il y a approximativement un siècle. Depuis sa naissance, lors de la dernière décennie de la dynastie Qing (1644-1911), il fait partie intégrante de la recherche d’un passé susceptible de convenir à la formation de la Chine en tant que nation. Simultanément, son contenu a changé au fil des évolutions de l’idée de nation et de la place de ce concept dans le monde. L’intérêt pour le guoxuea décliné durant l’apogée de la révolution, des années 1940 aux années 1960, mais connait depuis les années 1990 un renouveau parmi les spécialistes et le grand public. Aujourd’hui, il exprime la fierté retrouvée du passé national qui accompagne le développement de la Chine, ainsi qu’un besoin urgent d’apporter au dialogue mondial des cultures la contribution de l’héritage culturel et des modes de connaissance chinois. Tout en étant profondément ancré dans l’histoire de la Chine moderne, il réaffirme l’importance actuelle des traditions supplantées partout dans le monde par le régime de l’euromodernité. Son contenu reste cependant assez vague et la notion est sujette à controverses entre les différentes perspectives idéologiques.

Télécharger ce PDF

Le renouveau du guoxue : antécédents historiques et aspirations contemporaines Page 14

John Makeham

Après quelques remarques introductives sur la marchandisation récente du guoxue, je retracerai dans un premier temps l’émergence du guoxue dans la période contemporaine, puis détaillerai deux thèmes : la transformation historique et contemporaine du guoxue en une discipline académique ; et les origines de son caractère ethno-épistémologique prononcé. L’objectif de cette analyse est de mettre en relief certaines des aspirations placées dans le guoxuepar ses protagonistes contemporains, et de révéler les paradoxes nés de ces aspirations.
MOTS-CLÉS : Guoxue, discipline académique, ruxue, ethno-épistémologie, philosophie chinoise, identité culturelle.

Télécharger ce PDF

La fièvre des études nationales : Le phénomène, le débat et quelques réflexions Page 22

Chen Jiaming

Cet article offre dans un premier temps une brève description du phénomène de renouveau des études traditionnelles et de la culture traditionnelle en Chine continentale (ou « fièvre des études nationales »), en présentant et en faisant la critique des controverses qui entourent ce phénomène. Nous y traitons des questions de la nature des « études nationales », de savoir si cette fièvre des études nationales n’est pas une « fièvre artificielle », et de l’émergence du « fondamentalisme confucéen » au sein de ce mouvement, etc. L’article propose enfin des réflexions sur des phénomènes comme le risque de se retrouver enlisé dans un nationalisme obtus ; l’impossibilité pour la Chine de s’appuyer sur la culture traditionnelle confucéenne pour accomplir sa modernisation ; et l’absurdité des tentatives du confucianisme fondamentaliste de faire usage du « confucianisme pour résoudre tous les problèmes de la Chine ».
MOTS-CLÉS : fièvre des études nationales, modernisation de la Chine, fondamentalisme confucéen.

Télécharger ce PDF

Savoir national, littérature nationale et langue nationale Page 34

Qingsheng Tong

Cet essai est une réaction critique au mouvement pour le retour et la reconstitution du guoxue(études nationales), non seulement en tant que système de connaissance et d’érudition autochtone, mais aussi en tant qu’incarnation de la culture nationale chinoise. En situant la conceptualisation du guoxue dans le contexte du mouvement du 4-Mai pour une nouvelle culture, l’essai tente de montrer que: a) le guoxue est une catégorie dénuée de substance, surtout parce que sa portée classificatoire ne peut être définie correctement, b) le guoxue a été inventé au début du XXe siècle en réponse aux pressions exercées par l’afflux de connaissances occidentales qui commençaient à perturber et à marginaliser les formes classiques du savoir, et c) l’idée de guoxue est ancrée dans la conviction que la culture nationale est unique. Historiquement, le guoxue s’est opposé à des projets de constitution d’une langue et d’une littérature nationales. En revisitant une sélection d’opinions représentatives des intellectuels communistes et progressistes issus du mouvement du 4-Mai qui ont ressenti le besoin de développer et de construire un nouveau langage et une nouvelle littérature nationales pour la modernisation de la Chine, cet essai présente les arguments en faveur d’une compréhension historique du processus par lequel le savoir classique a été déplacé et d’une reconnaissance de l’importance de ce processus pour le développement de la modernité intellectuelle de la Chine.

MOTS-CLÉS : Études nationales, langue nationale, littérature nationale, modernité intellectuelle, intellectuels du tiers monde

Télécharger ce PDF

Guoxue re et l’ambiguïté de la modernité chinoise Page 43

Xie Shaobo

Cet essai aborde la signification symbolique ou socio-idéologique de ce qu’on appelle aujourd’hui en Chine le guoxue re (engouement pour les études nationales). Selon l’auteur, bien que le concept de guoxue ait conservé la même morphologie, il a traversé l’histoire en changeant de contenu. Il revêt, selon les groupes sociaux, une signification différente et ne sert pas les mêmes intérêts. Le terme guoxue, employé de façon catachrètique, implose par son ambiguïté lorsqu’il est manipulé pour s’adapter aux désirs du marché en général et du marché culturel en particulier. Le vertigineux paysage kaléidoscopique qui se cache derrière le guoxue indique en fin de compte sans erreur possible une collusion entre le gouvernement, l’élite  académique et le marché. Cette ambiguïté conceptuelle et discursive du guoxue s’inscrit dans la continuité de l’ambiguïté inhérente à la modernité chinoise, qui dans son état actuel constitue un mélange de capitalisme, de marxisme, de confucianisme et de développementalisme auquel s’ajoute la notion de société harmonieuse. En outre, à une époque où la vie en Chine est dominée par les règles du capital, cette fièvre du guoxue trahit un désir profondément ancré dans l’inconscient collectif chinois de changement radical de l’ordre social et de quête d’une autre humanité que celle définie par les modes de vie de la modernité capitaliste.
MOTS-CLÉS : guoxue, ambiguïté, valeurs confucéennes, modernité, marché, capitalisme

Télécharger ce PDF

Les études nationales (guoxue): six perspectives et six définitions Page 52

Liu Dong

Cet article explore six significations entrecroisées de la notion de Guoxue (Études nationales) dans le contexte historique et culturel où elle a été inventée puis a évolué depuis la fin des Qing jusqu’à la période républicaine. Le Guoxue, qui se fonde sur le système de valeurs et le savoir traditionnel chinois, est considéré ici comme une force culturelle fondamentale pour défier une modernité dominée par l’occident et réaffirmer l’identité chinoise. Selon cet article, le Guoxue exprime une définition auto-restrictive d’un savoir indigène en situation de devoir reconnaître l’altérité d’un puissant vis-à-vis culturel dans un cadre de domination occidentale oppressante. Dans ce contexte de profondes interactions culturelles, le Guoxue a adopté une approche ouverte et critique à l’égard du « savoir occidental » tout en gardant une attitude de sympathie et de respect à l’égard de la tradition culturelle autochtone. C’est cette approche dialectique qui a permis le succès de l’Académie d’Études nationales de Tsinghua. Nous affirmons que le « savoir occidental », une fois introduit en Chine, pourrait être transformé en un nouveau « Guoxue». En appelant à restaurer le caractère exhaustif de la culture traditionnelle et la polyvalence de l’éducation, cet article met aussi en garde contre la segmentation mécanique de la connaissance issue du « savoir occidental » qui a directement conduit au chaos du système de valeurs chinois. Tout en préconisant une ouverture d’esprit à l’égard de toutes les formes d’études académiques sur la Chine, notre article décrit les frontières et les différences qui existent entre le Guoxue, la sinologie et les « études chinoises » conçues de l’extérieur.
MOTS CLÉS : Guoxue (Études nationales), confucianisme, essence chinoise et fonctionnement occidental, Guogu (tradition nationale), savoir occidental, sinologie, études chinoises.

Télécharger ce PDF

Articles

Le climat otage du G2 Page 64

Jean-Paul Maréchal

Les sommets de Copenhague (2009) et de Cancún (2010) peuvent être vus comme des moments emblématiques de la reconfiguration de l’échiquier international d’après la guerre froide. Une reconfiguration qui prend la forme d’une polarisation autour de deux foyers : la Chine et les États-Unis. Cette recomposition n’est pas sans conséquences sur la « question climatique ». Sa gravité s’en trouve accrue en même temps que sa résolution compliquée. Ce double effet apparaît clairement tant à l’analyse du lien historique et prospectif entre l’évolution économique des membres du G2 et leurs émissions de gaz à effet de serre, qu’à l’examen des pistes de solutions susceptibles de déboucher sur un nouveau régime climatique.
MOTS CLÉS : G2, climat, économie politique internationale, économie du climat, régime climatique.

Télécharger ce PDF

Trois générations de femmes sous un même toit : Travail, genre et intégration sociale à Shanghai dans un quartier de migrants Page 72

Tania Angeloff

A partir d’une enquête qualitative menée entre juin et novembre 2007, dans un vieux quartier de migrants en voie de démolition, des hommes et femmes de 17 à 82 ans ont été interrogés de manière approfondie sur leur parcours de vie, en particulier sur leur rapport au travail. La recherche avait initialement pour objectif de poser la question des lignes de segmentation et d’inégalités sociales et géographiques – voire ethniques – face à l’emploi, dans une perspective sexuée. Il ressort que la différence entre les hommes et les femmes ne suffit pas à elle seule à expliquer les inégalités de réussite et d’intégration. Une approche générationnelle centrée sur les femmes interrogées permet d’éclairer les trajectoires individuelles dans un contexte historique plus large, démentant parfois certains préjugés sur telle ou telle période de l’histoire qui, collectivement meurtrière ou violente, a pu avoir paradoxalement des effets émancipateurs et intégrateurs en termes d’emploi pour certaines femmes migrantes.
MOTS-CLÉS : Genre, femmes, générations, migrations, histoire, travail, Shanghai, intégration.

Télécharger ce PDF

Actualités

Les nouvelles de Chine Page 82

Jérôme DoyonMathieu Duchâtel

Le retour des États-Unis en Asie ne clôt pas la période d’opportunité stratégique de la Chine?
Le Xinjiang dans les relations sino-turques

Télécharger ce PDF

Urbanisme et Cyber-citoyens chinois : La contestation 2.0 s’organise Page 86

Nicolas Douay

Lectures critiques

L’autre miracle hongkongais : L’écriture-action de Dung Kai-cheung et Les Années d’apprentissage Page 89

David Der-wei Wang

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here

Comptes-rendus de lecture

Alain Roux, Le singe et le tigre : Mao, un destin chinois Page 96

Lucien Bianco

Marie-Claire Bergère, Shanghai : China’s Gateway to Modernity Page 97

Jeffrey Wasserstorm

Lu Xun, Cris, édition de Sebastian Veg Page 99

Victor Vuilleumier

Melvyn C. Goldstein, Ben Jiao et Tanzen Lhundrup, On the Cultural Revolution in Tibet. The Nyemo Incident of 1969 Page 100

Ronald Schwartz

Li Xiangping, Xinyang dan bu rentong : dangdai zhongguo xinyang de shehuixue quanshi (Croire sans s’identifier : l’interprétation sociologique des croyances spirituelles en Chine contemporaine) Page 102

Nanlai Cao

Shih Chuan-kang, Quest for Harmony. The Moso Traditions of Sexual Union and Family Life Page 103

Stéphane Gros

Edwards, Louise, Elaine Jeffreys (éd.), Celebrity in China Page 104

Hai Ren

Yingjin Zhang, Cinema, Space, and Polylocality in a Globalizing China Page 106

Judith Pernin

Anny Lazarus et Laurent Septier, Art contemporain. Pékin en 11 parcours, Marseille Page 107

Emmanuel Lincot

Archives

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

1999

1998

1997

1996

1995

1994

1993

1992

Retour en haut de la page