Perspectives chinoises 2015/2

DOSSIER

Nouvelles représentations de l’ouvrier chinois :

Politique des médias et de la culture de la révolution aux réformes

Acheter ce numéro
Perspectives chinoises 2015/2

Dossier

Éditorial Page 3

Sun Wanning

Le théâtre de l’usine : Course à la production, démocratie et la promesse non tenue de La Chanson du Drapeau Rouge Page 7

Ying Qian

RÉSUMÉ : Cet article aborde la pièce La Chanson du Drapeau Rouge (1948) comme illustrant une occasion manquée de la révolution chinoise, un moment où le réengagement du Parti auprès de la classe ouvrière urbaine aurait pu renforcer les tendances démocratiques en son sein et où la tradition littéraire chinoise critique et réaliste aurait pu ancrer le socialisme chinois dans l’expérience et les aspirations réelles de la population. Écrite à une époque où le contrôle du Parti sur la production industrielle et littéraire avait commencé à se resserrer, La Chanson du Drapeau Rouge témoigne de l’esprit de compromis mais aussi de résistance qui régnait dans les usines, et met au premier plan deux questions fondamentales, toutes deux profondément liées à la construction d’une Nouvelle Chine : la démocratie au travail comme point de départ de la construction de la classe ouvrière chinoise et la littérature réaliste comme moyen de comprendre la complexité et la pluralité des bouleversements sociaux et d’assurer un socialisme humain et démocratique. Malheureusement, les aspirations portées par La Chanson du Drapeau Rouge ne se sont jamais réalisées dans les années qui suivirent. Elles demeurent des promesses non tenues de la révolution chinoise.
MOTS-CLÉS : démocratie au travail, réalisme critique, classe ouvrière, course à la production.

Télécharger ce PDF

Les « maîtres de la nation » : La représentation des ouvriers dans le cinéma de la Révolution culturelle (1966-1976) Page 15

Qian Gong

RÉSUMÉ : Le cinéma, forme culturelle extrêmement populaire et utile pendant l’ère maoïste, a joué un rôle très important dans l’élaboration de la conscience de la classe ouvrière. Les longs métrages réalisés pendant la Révolution culturelle, malgré leur aspect très formel et hautement politisé, ont contribué à inculquer aux ouvriers qui les ont visionnés une représentation d’eux-mêmes comme « maîtres de la nation », représentation à laquelle ils s’identifient encore aujourd’hui. Pour étayer cette thèse, cet article s’appuie sur deux ensembles de travaux académiques faisant rarement référence l’un à l’autre : le premier s’intéresse à la production de films pendant la Révolution culturelle tandis que le second traite des évolutions de la conscience de classe des ouvriers dans l’ère post-maoïste. Les travaux récents ne réduisent plus les films produits pendant la Révolution culturelle à de simples films de propagande conçus pour créer une mentalité de masse hautement politisée. Ces études ont attiré notre attention sur la nature complexe de ce corpus d’oeuvres, particulièrement celles reprenant les « opéras modèles ». Cependant, les films produits pendant la Révolution culturelle sont encore souvent perçus comme « trop idéologiques » pour retenir l’attention des chercheurs. Malgré cette désaffection, cet article analyse la manière dont le discours des « maîtres de la nation » développé par ces oeuvres fait encore écho dans la conscience des travailleurs qui ont grandi en les visionnant. Malgré l’attention excessive qu’elles accordent à la lutte des classes et la survalorisation des ouvriers qui y sont représentés comme une classe privilégiée, cet article souhaite montrer que ces œuvres cinématographiques ont contribué à créer chez les classes subalternes une représentation d’elles-mêmes et des dispositions faisant défaut dans la représentation médiatique contemporaine des ouvriers.
MOTS-CLÉS : cinéma, Révolution culturelle, travailleurs, subjectivité, représentation, maîtres de la nation.

Télécharger ce PDF

Reconfiguration d’un classique rouge : Discours de classe dans la nouvelle adaptation télévisée du Détachement féminin rouge Page 25

Rosemary Roberts

RÉSUMÉ : Cet article s’appuie sur une étude de cas de l’adaptation en série télévisée de 2006 d’un classique du répertoire maoïste, le Détachement féminin rouge, pour examiner comment la reproduction des « classiques rouges » pendant la période des réformes a permis de maintenir les mythes fondateurs qui valident et légitiment moralement la domination continue du Parti communiste tout en accompagnant les changements majeurs de la politique de classe dans la société chinoise. En suivant l’évolution de l’identité du héros central, Hong Changqing, qui de fils de marin ordinaire contraint de travailler dès l’enfance devient un Chinois d’outre-mer issu de la classe moyenne aisée et de bonne famille, l’article montre comment la série télévisée consolide la relation symbiotique entre le Parti et la nouvelle classe moyenne chinoise tout en assurant la promotion d’un mode de vie consumériste et en reléguant la classe ouvrière aux marges du pouvoir social et politique.
MOTS-CLÉS : classiques rouges, Détachement féminin rouge, Hong Changqing, discours de classe en Chine, politique de classe en Chine, classe ouvrière chinoise.

Télécharger ce PDF

En souvenir de l’Âge de fer : Séries télévisées sur les ouvriers chinois sous l’ère socialiste Page 33

Sun Wanning

RÉSUMÉ : Ces dernières années, nous avons assisté à un phénomène culturel mineur en Chine, avec l’accueil enthousiaste réservé à plusieurs séries parlant des ouvriers chinois durant les années socialistes. Ces séries, dont l’intrigue est située dans les usines de la province du Liaoning, dans le Nord-Est de la Chine, ancien centre industriel de la nation socialiste, s’intéressent à la transformation spectaculaire de l’expérience ouvrière entre 1949 et le début des réformes économiques. Dans cet article, j’essaie de comprendre ce que la réception enthousiaste de ce genre, pourtant produit à petite échelle, nous apprend sur la politique culturelle de classes aujourd’hui. Pour ce faire, je mets en avant les différents aspects de la vie ouvrière à l’épreuve du socialisme, tels qu’ils sont décrits dans ces programmes télévisés (1) ; j’étudie le programme créatif de Gao Mantang, le scénariste des séries télévisées à caractère industriel les plus regardées (2) ; et j’identifie les voies essentielles par lesquelles les subjectivités des ouvriers et des autres groupes sociaux dans la société chinoise contemporaine se croisent en modelant la politique culturelle de classes (3). Je veux ainsi démontrer que les séries télévisées sont devenues le terreau de forums publics largement accessibles, qui promeuvent un nouveau regard sur l’intégrité morale de la classe ouvrière chinoise, expriment un sentiment d’injustice généralisé et favorisent une certaine solidarité entre les ouvriers et les autres classes sociales. Toutefois, même si ces séries ont un potentiel mobilisateur non négligeable en faveur de la classe ouvrière et de la défense des intérêts des ouvriers, cette présentation suggère qu’il n’a pas encore été pleinement exploité.
MOTS-CLÉS : ouvriers chinois, ère socialiste, séries télévisées, politique de mémoire.

Télécharger ce PDF

Articles

Des sentinelles pour l’environnement : Les observateurs d’oiseaux à Taiwan et Hong Kong Page 43

Frédéric Keck

RÉSUMÉ : Cet article compare les modes d’organisation et d’engagement des sociétés d’observateurs d’oiseaux à Taiwan et à Hong Kong. Après avoir retracé leurs origines aux modèles américain, japonais et britannique de protection de la nature, il montre l’implication grandissante des citoyens chinois et taïwanais dans l’observation et la protection des oiseaux. En étudiant comment les oiseaux peuvent être utilisés comme « espèce symbole » pour unifier les mouvements environnementaux de façon constructive et durable, cet article propose le concept de « sentinelle » pour saisir le mélange de préoccupation environnementale démocratique et de modèle militaire de cartographie du territoire.
MOTS-CLÉS : observation d’oiseaux, espèce symbole, biodiversité, préservation, sentinelle.

Télécharger ce PDF

Synthèse de presse du CEFC

Devenir une cyber-puissance : Le renforcement de la cybersécurité chinoise et ses conséquences Page 55

Samson Yuen

Comptes-rendus de lecture

Felix Wemheuer, Famine politics in Maoist China and the Soviet Union Page 60

Lucien Bianco

Pitman B. Potter, China’s Legal System Page 61

Rogier Creemers

Eric Helleiner et Jonathan Kirshner (éds.), The Great Wall of Money. Power and Politics in China’s International Monetary Relations Page 62

Adrien Faudot

Han Dongfang (avec la collaboration de Michaël Sztanke), Mon combat pour les ouvriers chinois Page 64

Chloé Froissart

Christophe Falin, Shanghai – Hong Kong, villes de cinéma Page 65

Luisa Prudentino

Gotelind Müller, Documentary, World History, and National Power in the PRC: Global Rise in Chinese Eyes Page 66

Yves Russell

John Osburg, Anxious Wealth: Money and Morality Among China’s New Rich Page 68

Émilie Tran

Ya-Chung Chuang, Democracy on Trial: Social Movements and Cultural Politics in Postauthoritarian Taiwan Page 68

Gunter Schubert

Ernest P. Young, Ecclesiastical Colony: China’s Catholic Church and the French Religious Protectorate Page 70

Pierre Vendassi

Archives

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

1999

1998

1997

1996

1995

1994

1993

1992

Retour en haut de la page