Perspectives chinoises 2016/2

DOSSIER

Quel ordre international veut la Chine ?

Entre réformisme et révisionnisme

Acheter ce numéro
Perspectives chinoises 2016/2

Dossier

Éditorial Page 3

Jean-Pierre Cabestan

Chine et ordre économique mondial, une contestation feutrée mais assumée Page 7

Françoise Nicolas

RÉSUMÉ : Longtemps restée membre passif des organisations multilatérales de coopération économique, la Chine a récemment changé de posture alors que les États-Unis étaient confrontés à une grave crise financière. L’article replace les initiatives récentes de la Chine en matière de gouvernance économique mondiale dans une perspective de long terme. Il ressort de l’analyse qu’en parallèle de son décollage économique, la Chine a progressivement glissé d’une posture favorable à l’ordre économique mondial tel qu’il a été défini et imposé après la Seconde Guerre mondiale, à une approche simplement réformiste mais sans remise en cause fondamentale de l’ordre établi, puis plus récemment à un révisionnisme de plus en plus assumé, qui s’accompagne de la mise en place de nouvelles institutions sous influence chinoise. Cela étant, la stratégie chinoise, bien que plus offensive, demeure fondamentalement expérimentale et son objectif ultime toujours flou. Pas sûr dans ces conditions que l’on s’achemine vers un nouvel ordre économique mondial sous domination chinoise.
MOTS-CLÉS : gouvernance globale, institutions financières internationales, OMC, FMI, BRICS, internationalisation du yuan.

Télécharger ce PDF

Le rôle de la Chine dans la gouvernance internationale de l’énergie Page 15

Gaye Christoffersen

RÉSUMÉ : Les organisations en charge des politiques énergétiques à l’échelle mondiale font pression sur la Chine pour qu’elle réforme et renforce sa gouvernance énergétique, afin de remédier à l’absence de toute forme de contrôle dans certains pans du secteur énergétique. Plutôt que de se réformer, la Chine a tenté de promouvoir une autre gouvernance mondiale de l’énergie, et de se donner un rôle de premier plan à travers le groupe des BRICS. Toutefois, les BRICS ne peuvent se positionner que dans les interstices de la gouvernance mondiale de l’énergie, et les gouvernements concernés ne considèrent pas la gestion de l’énergie comme une priorité. Par ailleurs, le mode de gouvernance des BRICS est collégial, ce qui limite la mainmise de la Chine sur cette organisation. Pékin a par la suite constitué la « Ceinture économique de la Route de la soie », dont le but est d’instaurer un leadership chinois incontesté dans ce domaine.
MOTS-CLÉS : sécurité énergétique, gouvernance mondiale, BRICS, diplomatie énergétique, Russie.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

La gouvernance mondiale d’Internet dans la littérature scientifique chinoise : rééquilibrer un ordre mondial hégémonique ? Page 27

Séverine Arsène

RÉSUMÉ : Cet article explore les fondations apparemment ambivalentes de la notion de cybersouveraineté telle qu’elle est perçue de Chine à travers le prisme de la littérature scientifique chinoise la plus récente traitant de la gouvernance mondiale d’Internet. Il montre que les auteurs sélectionnés conçoivent l’ordre actuel d’Internet comme un espace anarchique et désordonné où les puissants reproduisent leur domination sur le monde à l’ère numérique. Dans le monde dichotomique qui est ainsi dépeint, la plupart des auteurs concentrent leur attention sur la position et la stratégie des États-Unis afin de mettre au jour les contradictions du discours américain à travers le scandale des écoutes de la NSA ou le statut de l’ICANN. Dans ce contexte, la plupart des chercheurs étudiés ici voient dans la situation de contestation accrue de la gouvernance d’Internet une opportunité de rééquilibrer l’ordre mondial et de promouvoir les intérêts stratégiques de la Chine, par l’établissement à long terme d’un cadre de gouvernance intergouvernemental, et à court terme par une participation active aux institutions existantes.
MOTS-CLÉS : gouvernance d’Internet, Chine, cybersouveraineté, relations États-Unis-Chine, hégémonie.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Articles

Maintenir les services hongkongais au milieu des dynamiques changeantes de l’économie chinoise Page 39

Chiang Min-Hua

RÉSUMÉ : Suite à l’effondrement du secteur industriel hongkongais dans les années 1990, l’intégration économique accrue de Hong Kong à la Chine a continué de soutenir son économie orientée vers les services. Hong Kong est une importante plaque tournante de transit pour le commerce extérieur chinois, en particulier pour la région du delta de la rivière des Perles. La dérégulation des quotas de visiteurs du continent à Hong Kong effectuée par la Chine dans le cadre du Programme de visites individuelles (Individual Visit Scheme) depuis 2003 a contribué à une poussée de l’excédent commercial de Hong Kong dans le domaine du tourisme. Malgré tout, la considérable opportunité commerciale apportée par la réforme financière chinoise ne détrône pas les États-Unis et la Grande-Bretagne de leur place de principaux partenaires commerciaux de Hong Kong dans les services financiers. De manière générale, l’économie de service hongkongaise va continuer à prospérer dans l’avenir proche avec le traitement préférentiel que la Chine continue de lui accorder. Sur le long terme, le renforcement du rôle de Hong Kong comme passerelle entre la Chine continentale et le marché international sera crucial pour la viabilité de ses services.
MOTS-CLÉS : économie hongkongaise, secteurs des services hongkongais, Partenariat économique renforcé entre la Chine continentale et Hong Kong (Mainland-Hong Kong Closer Economic Partnership Arrangement ou CEPA), économie chinoise, commerce de services.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Les « mécanismes diversifiés de résolution des conflits » en Chine contemporaine : au-delà du dilemme judiciaire versus non judiciaire Page 49

Jieren HuYang Zheng

RÉSUMÉ : En explorant les mécanismes de résolution des conflits utilisés pour désamorcer les nombreux troubles sociaux et incidents collectifs qui ont éclaté depuis le début des réformes et plus particulièrement ces dix dernières années, cet article avance que le gouvernement chinois adopte une approche de plus en plus pragmatique dans l’élaboration de divers dispositifs de résolution des conflits. L’expérience montre que les méthodes traditionnelles, judiciaires ou non judiciaires, ne parviennent pas à résoudre les conflits sociaux de manière efficace. Face à ces difficultés, différentes expérimentations ont été mises en œuvre au niveau local pour répondre aux besoins des citoyens et gérer les crises sociales tout en maintenant un certain équilibre entre le pouvoir de l’État et l’autonomie sociale. Nous appelons ici ces expérimentations « mécanismes diversifiés de résolution des conflits » (MDRC). Notre étude illustre comment le gouvernement chinois est passé d’une approche favorisant les méthodes non judicaires à des méthodes plus diversifiées de résolution des conflits collectifs.
MOTS-CLÉS : Mécanismes diversifiés de résolution des conflits, litiges, tribunaux, résolution des conflits, stabilité sociale, Chine.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Actualités

La Chine, les États-Unis et le droit de la mer Page 59

Sébastien Colin

Synthèse de presse du CEFC

Centralisation du pouvoir pour une gouvernance fondée sur la loi : la réforme judiciaire en Chine sous Xi Jinping Page 65

Anthony H. F. Li

Comptes-rendus de lecture

Comptes-rendus de lecture (PDF) Page 71

Jean-Pierre CabestanJérôme DoyonEric FlorenceCarine MilcentEric SautedéÉmilie Tran

Steven M. Goldstein, China and Taiwan Page 72

Jean-Pierre Cabestan

Yongshun Cai, State and Agents in China: Disciplining Government Officials Page 73

Jérôme Doyon

Pun Ngai, Migrant Labor in China: Post-Socialist Transformations Page 75

Eric Florence

Joe C.B. Leung et Yuebin Xu, China’s Social Welfare Page 76

Carine Milcent

Eilo W. Y. Yu et Ming K. Chan (éds.), China’s Macao Transformed: Challenge and Development in the 21st Century Page 77

Eric Sautedé

Teresa Wright, Party and State in Post-Mao China Page 79

Émilie Tran

Archives

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

1999

1998

1997

1996

1995

1994

1993

1992

Retour en haut de la page