Perspectives chinoises 2017/1

DOSSIER

Urbanisme en Chine

Concepts, acteurs et projets

Acheter ce numéro
Perspectives chinoises 2017/1

Dossier

Éditorial – Urbanisme en Chine Page 3

Nicolas Douay

Techniques et concepts pour construire l’avenir : Évaluation de la pensée planificatrice contemporaine à travers l’analyse de manuels d’aménagement territorial Page 7

Lisa Melcher

RÉSUMÉ : Quels ensembles de connaissances et quels paradigmes sous-tendent la planification et l’aménagement du territoire ? L’analyse du contenu de trois manuels d’aménagement territorial montre d’une part que les normes de planification, les modèles et les paradigmes de la modernisation technique sont bien intégrés, d’autre part que la prise en compte de la préservation de l’environnement et du patrimoine culturel est actuellement considérée comme une importante problématique. Ces introductions à la planification oscillent entre une présentation routinière des approches établies et l’exploration de solutions ou de techniques nouvelles face aux difficultés qu’engendre le développement urbain.
MOTS-CLÉS : villes, urbanisme, planification territoriale, stratégies de développement territorial, urbanisation.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Le duoguiheyi, ou la planification chinoise face à l’épreuve de l’intégration des plans Page 17

Martin TzouDu ShuLiu Lidan

RÉSUMÉ : La planification urbaine chinoise fait l’objet d’une révolution institutionnelle récente visant à l’intégration des plans élaborés par plusieurs ministères. Avec pour objectif de donner plus de cohérence à l’action publique, ce processus d’intégration déjà complexe techniquement se heurte à une lutte de pouvoirs entre les administrations, rendant difficile la mise en application du duoguiheyi.
MOTS-CLÉS : planification urbaine, approche intégrée, réforme institutionnelle, ville durable.

Télécharger ce PDF

Singapour, modèle de développement urbain (durable ?) en Chine : Regard sur 20 ans de coopération sino-singapourienne Page 27

Rémi Curien

RÉSUMÉ : Pour relever le défi du développement urbain durable de son territoire, la Chine a choisi Singapour comme modèle et partenaire privilégié. A travers l’analyse de plus de 20 ans de coopération, cet article vise à étudier quels vision et modèle de développement urbain poursuit la Chine, comment le « modèle singapourien » y atterrit et est incorporé par les acteurs chinois, et de quelle façon cela transforme les modalités concrètes de planification, fabrication et organisation des villes dans le pays. Nous analysons deux opérations urbaines sino-singapouriennes, qui sont phares aujourd’hui en Chine : Suzhou Industrial Park et l’éco-cité de Tianjin. L’incorporation du modèle singapourien dans ces opérations montre que celui-ci propose une façon efficace de coupler développement économique et aménagement urbain, et permet de construire des villes ordonnées et de bonne qualité environnementale. Toutefois, ces avancées ont été rendues possibles par des capacités d’actions politiques et financières qui restent exceptionnelles pour le pays, et apparaissent difficilement diffusables dans les villes chinoises à ce jour. En outre, la conception urbaine sino-singapourienne, productiviste, focalisée sur l’offre, l’infrastructure et la technologie, présente d’importantes limites en termes de sobriété environnementale et d’intégration urbaine et sociale.
MOTS-CLÉS : planification urbaine, éco-cité, développement urbain durable, environnement, modèles, infrastructures, technologies, institutions, Chine, Singapour.

Télécharger ce PDF

Apprentissage organisationnel et transfert des concepts liés aux écocités vers la Chine : L’exemple de Yangzhou Page 39

Giulia C. Romano

RÉSUMÉ : Cet article a pour objectif de mettre en lumière les apports des théories de l’apprentissage organisationnel dans l’étude des transferts des concepts liés aux écocités vers la Chine. En prenant l’exemple du transfert du concept de « renouvellement urbain prudent » vers la ville de Yangzhou, nous montrerons que la contribution de la coopération internationale à la réforme des pratiques de développement urbain local peut être fortement limitée par les structures institutionnelles et organisationnelles existantes. Le processus de réforme est ainsi marqué par une certaine instabilité et irrégularité, qui se traduit par une introduction sélective, progressive et incertaine de nouvelles approches du (re)développement de la ville.
MOTS-CLÉS : transferts, écocités, renouvellement urbain prudent, apprentissage organisationnel, centre-ville de Yangzhou.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Évolution institutionnelle du développement urbain durable en Chine : Étude de cas sur la rénovation urbaine et la gestion environnementale de l’eau Page 47

Daniele BrombalAngela Moriggi

RÉSUMÉ : Au cours de la dernière décennie, le concept de développement durable a pris une importance croissante au regard du développement urbain de la Chine. La Chine urbaine ou en cours d’urbanisation catalyse non seulement un grand nombre des questions de durabilité qui se posent au pays, mais constitue aussi le locus où les nouveaux arrangements institutionnels du développement durable sont testés et mis en oeuvre. Cet article explore les nouveaux paradigmes de la gestion territoriale intégrée dans les zones où les problèmes de pollution de l’eau se heurtent aux objectifs de rénovation urbaine. L’analyse se concentre sur le cas du bassin du lac Lihu, situé dans la ville de Wuxi (province du Jiangsu) considéré par de nombreux observateurs comme étant à la pointe des efforts de la Chine en matière de développement urbain durable. À Lihu l’intégration de la gestion environnementale à la planification urbaine a conduit à la création d’un nouveau champ organisationnel axé autour de la question du développement durable des zones urbaines et caractérisé par des aspects réglementaires, normatifs et cognitifs spécifiques. Cas emblématique de gestion territoriale intégrée, l’expérience du bassin du lac Lihu met en évidence le défi posé par un développement social inclusif dans les zones urbaines.
MOTS-CLÉS : gestion territoriale intégrée, changement institutionnel, gestion environnementale de l’eau, planification urbaine, durabilité, Chine.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Le financement de la croissance urbaine en Chine : Le cas d’une ville moyenne du Yunnan, Qujing Page 59

Thierry Theurillat

RÉSUMÉ : Illustré par une étude de cas sur le développement urbain d’une ville moyenne en Chine, cet article développe un cadre conceptuel permettant d’appréhender le rôle du système financier dans le modèle de croissance urbaine basée sur le foncier en Chine. Trois domaines de littérature sont mobilisés afin de lier les divers mécanismes entre foncier, infrastructures urbaines, développement immobilier et circuits de financement de la production urbaine. L’étude de cas montre les multiples interactions entre le gouvernement local, les entreprises immobilières, étatiques et privées, ainsi que les banques locales pour produire des infrastructures urbaines répondant à des besoins « collectifs et publics » et des objets immobiliers à caractère « privé et individuel ». Elle met ainsi en évidence le rôle indispensable des capitaux pour permettre la production urbaine en Chine.
MOTS-CLÉS : développement urbain, Chine, ville moyenne, système financier, industrie immobilière.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

L’évolution des villes fantômes chinoises : L’occasion d’un changement de paradigme? Le cas de Changzhou Page 71

Li Mingye

RÉSUMÉ : Le phénomène des villes fantômes est apparu en Chine à la fin des années 2000. Il concerne non seulement des villes-champignons telles qu’Ordos, mais également des villes de troisième et quatrième rang « ordinaires » comme Changzhou. Nous fondant sur un cadre conceptuel envisageant la Chine comme une machine à croissance alimentée par le foncier et sous gouvernance entrepreneuriale, nous dressons un bilan actualisé du phénomène des villes fantômes en Chine à travers une étude empirique approfondie d’une ville de troisième rang, Changzhou. L’objectif de cet article est d’élargir nos connaissances quant à la question de comprendre comment l’accumulation excessive de biens immobiliers a fini par dominer le paysage de ce type de villes dans le contexte d’un ralentissement de l’économie chinoise. L’auteur démontre que la sur-construction est due au dysfonctionnement du modèle d’expansion urbaine classique sous la gouvernance entrepreneuriale. Dans le cas de Changzhou, le gouvernement local a poursuivi ses « ventes » massives de terrains résidentiels et commerciaux alors que la demande réelle de logement déclinait à cause de ralentissements de l’industrie manufacturière locale et de la croissance démographique. En réponse à la « Nouvelle normalité » (1) promue par le gouvernement central, le gouvernement de Changzhou a réorienté ses politiques foncières et de logement. Néanmoins, des réformes plus profondes sont nécessaires pour transformer le paradigme de l’urbanisme orienté vers la croissance.
MOTS-CLÉS : ville fantôme, expansion urbaine, immobilier, machine à croissance, gouvernance entrepreneuriale, Changzhou, Chine.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Thames Town, un cliché à l’anglaise : Production urbaine et construction sociale d’un quartier d’architecture occidentale à Shanghai Page 83

Carine HenriotMartin Minost

RÉSUMÉ : Cet article contribue à dresser une grille de lecture sur la mondialisation des modèles urbains et de ses formes d’hybridation, en analysant la production urbaine et la construction sociale d’un quartier d’architecture occidentale en périphérie d’une métropole émergente chinoise, à travers le cas de « Thames Town » situé dans la ville nouvelle de Songjiang au sud-ouest de Shanghai. Dans un premier temps, cette contribution rend compte de la circulation de modèles et de pratiques d’urbanisme internationalisées, de l’apprentissage local de coalitions de croissance public-privé, soit de la mise en place de nouvelles configurations d’acteurs favorisant le « marketing urbain » tant à l’échelle de la municipalité de Shanghai, qu’à celle de l’arrondissement de Songjiang. Dans un second temps, cette création urbanistique aux formes architecturales empruntées interroge tant par sa morphologie que par sa réception/production sociale. Le « bourg sur la Tamise » présente un aménagement à l’anglaise soigné, qui cristallise les tensions rencontrées dans les périphéries urbaines chinoises : la communauté fermée, la mise en scène d’architectures occidentales, leur appropriation par les habitants, la valorisation identitaire qu’elles représentent, et au-delà le rapport à l’autre, et à soi par rapport à l’autre. Que les quartiers d’architecture occidentale nous apprennent-ils sur la manière de penser, de produire et de s’approprier la ville chinoise à Shanghai, métropole désireuse de véhiculer son propre modèle d’urbanité et de modernité chinoises ?
MOTS-CLÉS : circulation de modèle urbain, production urbaine, partenariat public-privé, marketing urbain, construction sociale, gated community, Shanghai.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Shanghai : un urbanisme « à visage humain » ? Le cas de la GPP, piétonisation d’un espace à forte densité Page 91

Brigitte BertoncelloLély TanJian Zhuo

RÉSUMÉ : Depuis la tenue de l’exposition universelle de 2010, Shanghai tente d’afficher l’image d’une ville en capacité d’offrir des aménagements plus respectueux de l’environnement contribuant à une amélioration de la qualité de vie. Cet article vise à montrer qu’un aménagement produit à l’échelle locale – loin des aménagements monumentaux médiatisés – peut constituer un point fort de la production urbaine, un exemple contribuant à alimenter cette identité recherchée de ville moderne préoccupée par la durabilité de ses interventions. Grace à un dispositif d’acteurs singulier combinant secteurs public, parapublic et privé, la Gubei Pedestrian Promenade (GPP) réalisée dans l’arrondissement ouest de Changning, a posé les principes d’un urbanisme durable dix ans avant la publication du nouveau Schéma directeur de Shanghai réorientant les modes de faire la ville. Cette opération pourrait, en 2016, être vue comme une manifestation de cette nouvelle façon d’envisager la ville.
MOTS-CLÉS : espace public piéton, fabrique urbaine, renouvellement urbain, coopération public-privé, Shanghai, Gubei Pedestrian Promenade (GPP).

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Synthèse de presse du CEFC

Le système socialiste à l’épreuve des entrepreneurs privés ? La fraude électorale à l’Assemblée populaire de la province du Liaoning et ses implications Page 101

Anthony H. F. Li

Comptes-rendus de lecture

Chang P’eng-yüan (Zhang Pengyuan), Cong minquan dao weiquan. Sun Zhongshan di xunzheng sixiang yu zhuanzhe jian lun dangren jizhi shushi (De la tutelle à l’autoritarisme. La pensée de Sun Yat-sen sur la tutelle et sa transformation et l’accomplissement de son projet par les membres du Guomindang) Page 106

Marie-Claire Bergère

Gunter Schubert (éd.), Routledge Handbook of Contemporary Taiwan Page 108

Saša Istenič

Archives

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

1999

1998

1997

1996

1995

1994

1993

1992

Retour en haut de la page