Dernier numéro

Perspectives chinoises 2018/4

DOSSIER

Savoir et pouvoir dans la Chine du 21e siècle : la production des sciences sociales

Acheter ce numéro
Perspectives chinoises 2018/4

Dossier

Éditorial – Enjeux du débat sur les sciences sociales dans la Chine de Xi Jinping Page 3

Chloé Froissart

Et si les méthodes mobilisées en sciences sociales n’avaient pas de patrie ? Détour par une sociohistoire de l’État chinois à travers ses archives Page 11

Aurélien Boucher

RÉSUMÉ :
Cet article prend pour objet d’étude les méthodes utilisées par les chercheurs en sciences sociales, chinois et étrangers, afin d’analyser le contenu des archives de l’administration d’État et du Parti en république populaire de Chine. À travers cet objet singulier, nous montrons que les « tours de main » employés dans l’étude de la société chinoise contemporaine se retrouvent dans l’étude des sociétés totalitaires et dans une moindre mesure, dans l’étude des bureaucraties modernes. Ce détour par la méthode nous amènera ainsi à reconsidérer la question de la nécessité d’une « sinisation des sciences sociales ». Plus précisément, nous remettrons en question l’idée selon laquelle le caractère heuristique d’une méthode est nécessairement mis à mal une fois passé le poste frontière.
MOTS-CLÉS : sciences sociales, sinisation, méthodes, archives.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Une double socialisation scientifique en sciences sociales : le cas de chercheurs chinois formés en France Page 21

Gilles GuiheuxWang Simeng

RÉSUMÉ :
Cette contribution discute des enjeux épistémologiques de l’internationalisation des sciences sociales à l’épreuve du cas des étudiants de la république populaire de Chine qui viennent se former aux sciences sociales en France et qui retournent faire carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche en Chine. L’objectif est de tester les écarts épistémologiques entre les deux univers académiques et l’existence ou non de difficultés professionnelles dues à une socialisation scientifique multiple. Si l’enquête qualitative révèle bien des écarts, pour autant, l’épreuve de l’insertion professionnelle ne semble pas avoir de dimension proprement épistémologique.
MOTS-CLÉS : internationalisation, sciences sociales, étudiants chinois, France, Chine, socialisation scientifique, épistémologie, enseignement supérieur, recherche.

Télécharger ce PDF

L’anti-formalisme et la naissance annoncée de la doctrine chinoise Page 31

Samuli Seppänen

RÉSUMÉ :
Le présent article décrit les efforts des chercheurs en droit chinois pour définir des formes de doctrine juridique propres à la Chine. Ces efforts sont en partie motivés par un ethos anti-formaliste et par le sentiment que la pensée juridique chinoise ainsi que l’attitude de la Chine face aux décisions de justice sont plus souples et mieux à même de prendre en compte les problèmes sociaux que le formalisme juridique occidental. Chose intéressante, certains courants majeurs des doctrines juridiques européenne et américaine ont, depuis le début du XXe siècle, eu recours à de semblables arguments anti-formalistes. On comprendra donc mieux l’élan anti-formaliste et les appels à une indigénisation de la doctrine chinoise si on les perçoit comme des stratégies performatives visant à soutenir des projets idéologiques spécifiques, tels que les efforts menés pour légitimer le statu quo politique chinois.
MOTS-CLÉS : Droit chinois, théorie du droit.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Civilisation écologique et limites politiques du concept chinois de développement durable Page 41

Coraline Goron

RÉSUMÉ :
Initialement soutenu par le président Hu Jintao en 2007, le concept de civilisation écologique (CE) est désormais devenu un élément central de la rhétorique verte du Parti communiste chinois (PCC). La promotion politique de la CE par le pouvoir chinois s’est construite autour de l’argument théorique selon lequel la CE pourrait proposer une théorie alternative de développement, capable de révolutionner l’ordre économique écocidaire en place partout sur la planète, et d’entraîner une transition écologique mondiale. La CE constitue-t-elle une nouvelle théorie de développement qui permettrait aux chercheurs chinois de participer de manière substantielle aux discussions internationales sur le développement durable ? Dans la mesure où la notion de CE circule entre sphère politique et sphère académique, que dit-elle sur la capacité des « sciences sociales aux caractéristiques chinoises » à produire des concepts et des théories innovantes sur les enjeux de développement durable ? Cet article analyse ce que la CE apporte aux études sur la durabilité, aussi bien en Chine qu’internationalement, au travers d’une analyse de la relation entre connaissance et pouvoir qui en sous-tend le développement. À partir de l’analyse qualitative de documents politiques et d’une étude exhaustive des publications universitaires chinoises sur la CE, cet article examine les différents niveaux de signification politique et théorique qui ont progressivement été rattachés au concept de CE par les idéologues du PCC et par les chercheurs. Subséquemment, il analyse l’influence de ce discours sur la recherche chinoise portant sur le développement durable. L’article montre que le discours politique sur la CE limite de plus en plus l’espace discursif dont les chercheurs jouissent lorsqu’ils abordent sous l’angle critique le capitalisme, la démocratie, et d’autres éléments des théories politiques écologiques. Toutefois, il montre également que de nombreux chercheurs chinois continuent d’oeuvrer pour que leur discipline scientifique contribue aux discussions scientifiques internationales sur le développement durable.
MOTS-CLÉS : civilisation écologique, discours politique, recherche en sciences sociales en Chine.

Télécharger ce PDF

Articles

Une « identité chinoise » qui fait débat : la diversification des modèles d’éducation classique confucéenne en Chine contemporaine Page 57

Wang Canglong

RÉSUMÉ : Cet article se propose d’analyser les débats actuels portant sur la lecture des Classiques (dujing 读经) dans le cadre de la revitalisation et de la diversification de l’éducation classique confucéenne en Chine continentale. Il se penche tout d’abord sur deux polémiques qui ont entouré le dujing dans l’histoire moderne chinoise, puis rend compte du débat contemporain en s’intéressant surtout à la façon dont un éducateur professionnel et expérimenté met en lumière les divergences d’approche dans la pratique de l’enseignement classique. L’auteur résume trois questions controversées : la relation entre les méthodes et les principes éducatifs, la légitimité historique, et la nature linguistique de la langue chinoise. En se fondant sur ces éléments, cet article analyse le mouvement actuel pour le dujing et conclut que la diversification des modèles d’enseignement classique ouvre de nouveaux débats sur la « dimension chinoise » d’un tel enseignement, en la pensant de manière plus complexe.
MOTS-CLÉS : Renouveau confucéen, dujing/lecture des Classiques, enseignement classique, identité chinoise.

L'accès à cet article est réservé aux abonnés à Perspectives chinoises

Register here Ajouter au panier

Actualités

L’interdiction du commerce de l’ivoire à Hong Kong vue par la presse anglophone locale Page 69

Claire Bouillot

Le 31 janvier 2018 fut marqué par l’adoption à Hong Kong d’une loi interdisant le commerce d’ivoire d’éléphant en trois phases avec un effet total le 31 décembre 2021, à la suite de la Chine continentale qui avait interdit ce commerce dès le 31 décembre 2017. En analysant le traitement médiatique de la réforme législative à Hong Kong, cet article met en lumière les enjeux politiques de cette interdiction, et notamment les zones d’ombre du débat public. Il propose de rompre la dichotomie de l’engagement « en faveur » ou « contre » que peuvent caractériser les débats portant sur l’extinction de ces mammifères emblématiques.

Télécharger ce PDF

Comptes-rendus de lecture

ZHOU Ying. 2017. Urban Loopholes: Creative Alliances of Spatial Production in Shanghai’s City Center Page 75

Judith Audin

VERMANDER, Benoît, Liz HINGLEY et Liang ZHANG. 2018. Shanghai Sacred: The Religious Landscape of a Global City Page 77

Aurore Dumont

NG, Kwai Hang et Xin HE. 2017. Embedded Courts: Judicial Decision-Making in China. Page 78

Peifan Li

SHA, Heila. 2017. Care and Ageing in North-West China. Page 80

Justine Rochot

Retour en haut de la page